Menu Pages
Twitter
Menu Catégories

Publié par le 30 01 2013 dans Nouvelle citoyenneté | 7 commentaire(s)

Pour une citoyenneté revitalisée

Pour une citoyenneté revitalisée

 

L’histoire est trop belle pour que nous ne nous en saisissions. En gestation depuis la création de l’internet, les réseaux sociaux sont désormais une composante essentielle de notre quotidien. Qu’en faire ?

On se lève avec, on se couche avec. Et on en rêve, de ces réseaux.

 

Onirique lever de soleil sur les Cuernos du parc national des Torres del Paine photo de MiguelVieira sur Flickr

Onirique lever de soleil sur les Cuernos du parc national des Torres del Paine – Chili
photo de Miguel Vieira sur Flickr

Rêves légitimes, tant cette reconnexion avec notre lointain passé tribal nous frappe en plein cœur. Que d’émotions, de troubles et de sentiments exacerbés, jetés pêle-mêle aux regards de tous.

Une expérience toute nouvelle et pourtant tellement humaine, joyeusement humaine, tragiquement humaine. Les tweets et les posts sont devenus nos compagnons de fortune et d’infortune.

Alors que faire de cette richesse, de ces perles, de cette boue ? Et si l’on en faisait une chance nouvelle, si nous nous en saisissions, courageusement, de manière lucide et sensible ?

Trop longtemps, trop loin, trop souvent le droit au chapitre sans droit à la parole a été la règle : Oui, on nous demande notre avis, oui, on nous consulte, mais sans prendre la peine de nous écouter, et encore moins de nous entendre…

Cela du simple fait des circonstances, ou par le manque de moyens raisonnables, bon marché et fiables.

Mais aussi par une bonne dose de mauvaise foi.

Ce temps est révolu. L’arrogance a fait long feu. Grâce aux nouveaux outils de communication et d’analyse, le pouls mais surtout le sentiment d’un groupe donné sur un thème précis peut-être connu quasiment en temps réel. Se voiler la face et se pincer le nez sont des attitudes à désormais conserver sans naphtaline au rayon des erreurs de l’ère industrielle.

Que vont en faire les élus, ceux des législatifs comme ceux des exécutifs ? Le défi est immense. Le changement à intégrer est vertigineux ! Et sa célérité encore davantage.

Quelle attitude adopter lorsque l’on est placé face à ses responsabilités par des citoyens informés et exigeants ? Lorsque la transparence devient telle que le moindre petit arrangement avec la bonne foi vous est tendu comme un miroir et une loupe par le biais d’une technologie omniprésente ? Dès lors, me glisse-t-on subtilement à l’oreillette, comment faire lorsque le café du commerce s’invite, avec toute la force de sa joyeuse gouaille, dans le débat public ?

C’est très exactement le défi posé par ces fameux réseaux sociaux…

Une telle pression sociale n’est pas fondamentalement nouvelle dans l’histoire humaine, mais ici elle devient massive. C’est là toute la différence. Autant alors embrasser cette nouvelle donne de façon authentique, parce que la dissimulation malhonnête ne manque jamais, sur la toile, de se retourner très rapidement contre son auteur.

Relevons ce défi, réinventons notre approche de la société, dans cette (nouvelle) perspective où respect et partage deviennent irrémédiablement conditions Sine Qua Non d’intégration et de cohésion bien comprises…

Je me réjouis d’ores et déjà des passionnants échanges que souhaite offrir ce blog.

Bienvenue donc, et lancez-vous ! Usez de vos droits de parole et d’écoute !

P.S.     Ces billets ne sont pas rémunérés. Si le cœur vous en dit, pensez à EFF

7 Commentaires

  1. Très bel article, je partage!

    S’il y avait une seule phrase que je devais retenir et en laquelle je crois fermement depuis que je suis dans le monde des médias sociaux ça serait: « autant alors embrasser cette nouvelle donne de façon authentique, parce que la dissimulation malhonnête ne manque jamais, sur la toile, de se retourner très rapidement contre son auteur ». Non seulement cette nouvelle forme de communication et d’échange redonne le pouvoir de la parole et de l’action à tous, mais cela remet les gens honnêtes, qui étaient jadis écrasés, sur les devants de la scène. La transparence et la bonne réputation créent la confiance, et cette confiance devient une devise en ligne.

    En dépit de toutes les mauvaises choses qui me font peur pour l’avenir de mes enfants, je suis rassurée de savoir que la valeur de l’honnêteté sera récompensée dans ce nouveau fonctionnement vers lequel nous nous dirigeons.

  2. Merci Christine ! Oui, il faut demeurer vigilant et alerte, mais en premier lieu optimiste !

  3. Cher ChEV,
    « On se lève avec, on se couche avec. Et on en rêve, de ces réseaux. » Je lève, je couche mais je ne rêve pas encore :-).
    Plaisanterie mise à part. il y a un élément sur lequel je m’interroge lorsque je consulte mon radar (radarly.fr) les hommes savent ils encore s’exprimer et s’interroger? Je ne suis pas encore ébloui par la teneur des conversations qui remontent sur le net.
    Comme on dit en anglais « shit in – shit out », si on ne nourrit pas les conversations avec des réflexions élevées on aura que de la boue à la sortie.
    Qu’en penses tu ?

  4. Cher JFG, je pense que, si tu as pris le temps de laisser un commentaire qui entre en plein dans la cible que vise ce blog, ta contribution est bien la preuve qu’il faut amorcer un débat pour qu’il ait lieu… A force de nous nourrir de *hit comme tu le dis si clairement, relativement peu de choses  » édifiantes  » peuvent en être tirées et partagées.

    Alors poursuivons, échangeons et soyons attentifs à ce dont on nous gave… Et cela pour l’amour du fun, mais de l’authentique fun, celui qui apporte plus qu’il ne coûte ou coûtera… 😉

    Et MERCI de ta contribution !

  5. « On se lève avec, on se couche avec. Et on en rêve, de ces réseaux. »

    Quand j’y songe, en rêve, en somme, sommes-nous trop au lit pour être au net ?

    • Oui, en évitant soigneusement les tête-à-queue et les têtes à claques 😉

Laisser un commentaire